Ivo Biočina

Rijeka

Le port de la diversité

Capitale européenne de la culture 2020

Rijeka a depuis toujours été un port faisant preuve d’hospitalité à l’égard des diverses influences qui y parviennent depuis la mer en provenance de tous les coins de la planète, le choix du nom « Port de la diversité » dans le cadre de son titre de capitale européenne de la culturelle, étant dès lors circonstance.

 

Rijeka a toujours été habitée par un esprit de révolte et de changements. Ainsi, certains des plus grands noms de la scène musicale et artistique croate sont précisément originaires de Rijeka. En 2020, les habitantes et habitants de Rijeka et des environs de cette ville qui était autrefois une puissante cité industrielle, ne se contenteront pas seulement de présenter la richesse de la scène artistique croate, mais tenteront également de redéfinir cette ville de la plus belle des façons au XXIe siècle.

Ivo Biočina

Au fil de son histoire, Rijeka a d’abord été une ville portuaire présentant de nombreux vestiges de son glorieux passé industriel, transformés par les artistes, les habitants, les jeunes, les plus âgés et les touristes en autant de centres culturels urbains.

Certains des artistes croates les plus connus s’efforcent de transformer, dans le cadre de projets, d’événements, de tribunes et de partenariats avec la population locale, l’Europe et le monde ou au moins de sensibiliser leurs concitoyens sur trois thèmes principaux : l’eau, le travail et les migrations.

Ces thèmes d’actualité pour le monde entier et notamment pour l’Europe, sont traités dans le cadre de sept programmes : Sucré et salé, Lungomare art, La cuisine de la diversité, Dopolavoro, L´ère du pouvoir, La maison des enfants et 27 voisinages.

 

Parmi les nombreux protagonistes, figurent Idis Turato, Igor Eškinja, Damir Martinović Mrle, Numen/For use et Davor Sanvincenti, certaines parties de la ville se transformant en oasis artistiques, dans le cadre d’installations et projets durables qui transforment Rijeka en nouvelle métropole, comme cela a été le cas jusqu’à présent avec la plupart des capitales de la culture.

 

Attirant des ressources au service du développement de la capitale, l’effet spill over devrait également avoir des répercussions sur les zones rurales, certains programmes se tenant à Lošinj, Brseč, Crikvenica, Lopar, Baška, Lovranska draga et dans les autres environs de Rijeka.

Petar Fabijan / TZ Rijeka

Si l’investissement de plus d’une centaine de millions d’euros n’est pas négligeable, les efforts déployés par les habitants et touristes afin de faire évoluer leurs milieux et conditions de vie dans le cadre des programmes n’a aucun prix.

TZ Rijeka

La capitale de la culture européenne est aujourd’hui le projet culturel le plus puissant de l’UE, qui surpasse les attentes de ses fondateurs en termes d’échanges culturels, et non seulement de marchandises à l’intérieur des États membres, entre les peuples, les artistes et, en fin de compte, entre la population et ses voisins.

Une partie de ces ressources seront investies dans les projets d’infrastructures. Ainsi l’ancienne usine « Rikard Benčić » deviendra le nouveau temple de la culture de Rijeka, alors que les institutions comme le Musée de la ville de Rijeka, le Musée d’arts modernes et contemporains, la bibliothèque municipale et la maison des enfants se verront attribués, outre un nouveau look, un rôle central dans la vie culturelle de Rijeka.

Goran Razić

La culture est génératrice de changements grâce, évidemment, à la mobilisation des habitants, en mesure d’améliorer la vie des hommes et de rendre la vie en ville et ses environs plus heureuse et riche.