L’aventure de la plongée en Croatie

L’aventure de la plongée en Croatie

Compte tenu de la position de la Croatie et de sa connexion avec la mer, il n’est pas difficile de conclure pourquoi le développement d’une relation entre l’homme et la mer était inévitable et essentiel. La mer a toujours été le compagnon des hommes habitant la région. Au fil du temps, l’homme, poussé par sa curiosité, a tenté de faire la connaissance de son compagnon, et du monde qu’il dissimule dans ses profondeurs.

 

Il est impossible de définir la date à laquelle la pratique de la plongée a commencé dans la région. Cependant, nous pouvons dire avec certitude que l’on plonge ici, dans des formes plus ou moins primitives, depuis le début de la vie dans la région. La plongée a atteint son apogée en tant qu’activité touristique après 1996, avec le développement de plusieurs centres de plongée et l’arrivée massive de touristes sur la côte croate. Il s’agissait en premier lieu de l’Istrie puis des autres régions croates.

Le passé agité et la nature des fonds-marins croates ont créé un monde très intéressant pour les plongeurs. En outre, le monde végétal et animal y est très riche. Les murs monumentaux situés dans les fonds marins ainsi que les récifs, les épaves de bateau et d’avions et les nombreux sites archéologiques enrichissent l’aventure de plongée. Ces derniers temps, les séances de plongée fascinantes dans les grottes sont de plus en plus populaires, ce qui n’est pas étonnant compte tenu du fait que les grottes sont de plus en plus nombreuses à être découvertes grâce aux caractéristiques karstiques de la Dalmatie.

Les localités les plus anciennes renfermant des vestiges de bateaux coulés datent de l’Antiquité, se situent sur les itinéraires commerciaux reliant la Grèce au Nord de l’Italie et leurs colonies sur la côte adriatique : Cavtat (Epidaurus), Mljet (Meleda), Korčula (Korkira), Hvar (Pharos), Vis (Issa), Split (Aspalathos/Spalatum), Solin (Salona), Trogir (Tragurium), Rogoznica (Heracleia), les sites d’ancrage des Kornati (Žirje, Lavsa, Murter), la région de Šibenik et Zadar (Liburnia/Jadera), Pula (Pola), les villas romaines de Brijuni et de nombreux autres microsites utilisés par les marins d’autrefois comme des abris ou des zones d’ancrage.

 

Le moyen-âge voit le commerce entre l’Italie et le Proche-Orient s’intensifier, Venise devenant une métropole commerciale. Dans ce contexte, les villes maritimes situées sur le littoral croate actuel se développent (Dubrovnik, Split, Zadar, Pula).

Les batailles maritimes du XIXe et XXe siècles laisseront des traces sur les fonds marins. À l’issue de la Deuxième guerre mondiale, de nombreuses épaves ont été retirées des fonds marins (notamment le long de la côte istrienne), mais les pratiquants de plongée sportive peuvent encore aujourd’hui observer de nombreuses épaves. Les épaves situées à des profondeurs plus importantes restent à découvrir et à contempler.