La plaine de Stari Grad | Bienvenus sur le site de l'Office National Croate de Tourisme

La plaine de Stari Grad

UNESCO

La plaine de Stari Grad

Depuis le mois de juillet 2008, la plaine de Stari Grad figure sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Dans le descriptif du site, l'organisation souligne que ses vignobles et oliviers „sont restés pratiquement inchangés“ depuis la première colonisation des Grecs. Ils sont ainsi un témoignage unique de la division géométrique de la terre utilisée durant l'Antiquité. 

Un groupe d'une centaine de familles de l'île grecque de Paros, a embarqué au cours de l'été de l'an 385 av. JC, en direction du golfe ionien - nom utilisé par les Grecs pour désigner la mer Adriatique - afin d'y fonder une colonie. 
Leur destination finale fût l'île de Hvar, appelé Fite à l’époque. Ils étaient menés par Ociste, dont le devoir était également de répartir les lots de terre de ce nouveau territoire. Depuis l'endroit où il est possible d’observer pratiquement toute la plaine, on y discerne au milieu, le point de départ de cette division – l'omphalos. A l'aide d’une grume, instrument de mesure, la plaine a été mesurée et divisée en parcelles de 1 à 5 „stadias“, ce qui équivaut à environ 180 sur 900 mètres. Des bornes indiquant le nom des propriétaires des parcelles y ont été installées. Cette façon de diviser la plaine n'a pas plu aux Illyriens de l'île et du littoral, ils ont alors lancé une attaque sur la ville en 384 av. JC. Les Grecs sont sortis vainqueurs de ce conflit et ont alors pu disposer de l'ensemble de la plaine de Stari Grad, la plus grande et la plus fertile des îles de l'Adriatique. 

Très rapidement, les colons ont commencé à ériger des maisons et des édifices auxiliaires sur leurs terres. Ces édifices luxueux datent de l'époque romaine et jusqu'à présent les restes d'une soixantaine d'entre eux ont été retrouvés. 
La plaine de Stari Grad est aujourd'hui le paysage de l'Ancienne Grèce le mieux conservé de la Méditerranée.