La Méditerranée retrouvée
Chercher
 
Split – le Palais de Dioclétien
Split, métropole du sud de la Croatie placée sous le protectorat de l’UNESCO et inscrite sur la liste du patrimoine mondial avec son cœur situé dans le Palais de Dioclétien depuis déjà 1700 ans, accueille ses hôtes avec les bras grands ouverts.

La ville s’est installée sur la partie la plus chaude de la côte méditerranéenne nord, en plein centre du littoral adriatique et à proximité directe des rivières Jadro et Žrnovnica qui la fournissent en eau douce. Son doux climat, avec ses 2.700 heures de soleil par an, la transforme, même au milieu de l’hiver, en une oasis où l’on peut profiter du soleil à l’abri du vent. Ce centre industriel, universitaire et économique de la région garde son « âme verte » sur la colline Marjan nichée dans la partie ouest de la presqu’île et où le parc forestier, tout près de la ville, offre un calme agréable et des chemins pédestres sous les pins et le long de la mer loin des bruits de la ville.

Le premier résident de Split fut l’empereur romain Gaius Aurelius Valerius Diocletianus, plus connu sous le nom de Dioclétien, qui, vers 293, a décidé de construire dans cette baie pittoresque, une impériale et luxueuse villa d’été, d’environ 30 mille mètres carré où il s’est retiré après avoir quitté le trône d’empereur des Romains. Après cela, les siècles mouvementés ont fait de cette villa, une ville où sont d’abord venus se réfugier les habitants des environs de Salona qui fuyaient devant les Avares et les Slaves.

Le pouvoir a ensuite beaucoup changé de main dans la ville, qui s’est développée en dehors des murs du palais, des rois croates au Xe siècle, en passant par les Hongrois et l’administration de la République de Venise, jusqu’à l’empereur français et à la monarchie austro-hongroise.

De la même façon que les aléas de l’Histoire ont influé sur le commencement d’une nouvelle agglomération et sur la vie citadine, le Palais de Dioclétien et ses restes bien préservés forment de nos jours encore le noyau de la ville, le centre de toutes les manifestations d’importance et de la vie quotidienne de ses habitants. Exceptionnellement bien conservés jusqu’à nos jours, les restes de ce bâtiment antique, avec ses ajouts datant du haut Moyen-âge forment un complexe d’une grande valeur archéologique et historico-artistique ; raison pour laquelle, en 1979, il fut placé sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le Palais est orné de nombreux détails importés : des piliers de granit et des sphinx d’Egypte, du marbre d’Italie et des décorations taillées dans le marbre de l’île de Proconnèse dans la mer de Marmara. Bien, qu’il fut avant tout construit dans un objectif résidentiel, le Palais ressemble beaucoup à un campement militaire romain. Il possède quatre entrées : trois territoriales et une du côté de la mer.

Le complexe du Palais dans son ensemble n’a pas de comparaison dans la construction antique de l’époque, ce qui est dû à ses fonctions spécifiques et à l’adaptation de son site.

C’est un exemple exceptionnel de l’architecture romaine tardive, où la tendance à l’opulence et l’aspect pittoresque domine la modération et la limpidité classique de l’ère passée. A la mort de l’empereur Dioclétien en 316, la vie se poursuit dans le palais car il sert d’asile aux membres de la famille impériale réfugiés. Un des évènements clé eut lieu au moment de la chute de Salona dans les mains des tribus slaves, quand les habitants en fuite se sont réfugiés à l’intérieur des murs du palais. Ce fut alors le début d’une nouvelle vie urbaine et le commencement de la nouvelle ville de Split. Au Moyen-âge, entre le XIIe et le XIVe siècle, a lieu un nouveau développement architectural : les maisons de pierre médiévales occupent les restes des bâtiments romains et une grande partie des espaces libres des rues et des galeries. Le Mausolée de l’empereur est transformé en une cathédrale et on commence aussi la construction du clocher de style roman Saint Domnio.

Les fiers Splitois diront souvent de leur ville qu’elle est « la plus belle du monde et de ses environs » et c’est d’ailleurs l’une des villes les plus ensoleillées d’Europe, et qui offre une série de décors inoubliables, avec les restes du palais antique se mêlant harmonieusement aux bâtiments de périodes plus récentes et à la végétation méditerranéenne de palmiers et d’agaves.

Split, la ville éternellement jeune et de tempérament méditerranéen animé, vit encore plus frénétiquement en été, dans le mélange de nations et de langues des nombreux voyageurs qui séjournent ou transitent par le port ou l’aéroport, les plus grands de la côte adriatique est. Split offrira à ceux qui s’y arrêtent, sa promenade étendue le long de la mer qui commence à l’ouest dans le parc forestier Marjan, continue à travers la verte presqu’île Sustipan, en passant le long de la Rive délimitée par les murs antiques du palais et des rangées de cafés, jusqu’à Bačvice, une plage de sable naturelle située au cœur de la ville. Pendant la journée, cette plage est le terrain de jeu favori des joueurs de « picigin », sport national croate, et la nuit, le lieu de rassemblement préféré des jeunes.

Pour les personnes assoiffées de culture, les lieux incontournables se trouvent à l’intérieur du palais : les restes de ses murs et ses portes, le clocher de Saint Domnio, le Peristyle ou encore le musée caché dans ses caves. En plus du Palais, de la cathédrale, des rues et des places splitoises, des musées et galeries d’art, d’autres sites à proximité de la ville méritent le détour : les ruines de l’antique Salona, la forteresse médiévale de Klis qui a protégé la ville des envahisseurs venus du nord, ou bien, vous pouvez aussi prendre place sur un ferry qui vous emmènera vers une des îles de la Dalmatie centrale.

Dans la ville, on peut trouver à se loger dans 22 différents hôtels, parmi lesquels se trouvent l’Atrium et Le Meridien Lav avec leurs cinq étoiles, mais aussi au camping ou dans l’une des nombreuses chambres ou appartements loués par des particuliers, tandis que les plaisanciers pourront s’amarrer dans les six marinas et petits ports.

La ville nichée au pied de Marjan se situe à trois heures et demie, quatre heures de route de Zagreb par l’autoroute. On peut aussi venir à Split de Rijeka ou Dubrovnik par les longues liaisons maritimes longeant la côte, à partir de n’importe quelle île, mais aussi de l’Italie voisine dont les villes sont très bien desservies par des liaisons d’hydroglisseurs ou de ferries. L’aéroport de Split relie la ville à Zagreb plusieurs fois par jour, mais aussi aux métropoles européennes.

A partir de Split, on peut aussi rejoindre le nord du pays ou aller plus loin en Europe avec les liaisons ferroviaires sur lesquelles il est aussi possible d’embarquer les véhicules.

Office de tourisme de la région Split-Dalmatie
www.dalmacija.hr

Office de tourisme de Split
www.visitsplit.hr

Ville de Split
www.split.hr
 
 

Cookie policy

In order to provide you the best experience of our site, and to make the site work properly, this site saves on your computer a small amount of information (cookies). By using the site www.croatia.hr, you agree to the use of cookies. By blocking cookies, you can still browse the site, but some of its functionality will not be available to you.

What is a cookie?

A cookie is information stored on your computer by the website you visit. Cookies allow the website to display information that is tailored to your needs. They usually store your settings and preferences for the website, such as preferred language, e-mail address or password. Later, when you re-open the same website, the browser sends back cookies that belong to this site.

Also, they make it possible for us to measure the number of visitors and sources of traffic on our website, and as a result, we are able to improve the performance of our site.

All the information collected by the cookies, is accumulated and stays anonymous. This information allows us to monitor the effectiveness of the websites and is not shared with any other parties.

All this information can be saved only if you enable it - websites cannot get access to the information that you have not given them, and they cannot access other data on your computer.

Disabling cookies

By turning off cookies, you decide whether you want to allow the storage of cookies on your computer. Cookies settings can be controlled and configurated in your web browser. If you disable cookies, you will not be able to use some of the functionality on our website.

More about cookies can be found here:

HTTP cookie
Cookies