La Méditerranée retrouvée
Chercher
Homepage Représentation nationale France - France Bulletin d'informations Parc national de Mljet – Sur les pistes de Saint Paul, de l’Odyssée et de Cousteau  
 
Parc national de Mljet – Sur les pistes de Saint Paul, de l’Odyssée et de Cousteau
Mljet, l’une des plus grandes îles de la Dalmatie du Sud, est une île de forme allongée, située près de Pelješac, Dubrovnik i Korčula. Elle se distingue de par son climat méditerranéen composé d’étés secs et d’hivers doux et humides avec à peu près 2500 heures de soleil par an.

Le Parc national de Mljet occupe le tiers nord-ouest de l’île qui, de nos jours, s’étend sur 5373 hectares composés d’espaces naturels protégés et de la mer environnante. Cet espace fut déclaré parc national en septembre 1960, et sa partie maritime y fut ajoutée en 1997. Il représente la première véritable tentative institutionnelle de protection d’un écosystème authentique dans toute la région de la mer Adriatique.

Cette zone a obtenu son statut de parc national grâce à son exceptionnel patrimoine culturel historique qui s’étend jusqu’à l’époque des tribus illyriennes, l’empire romain et la République de Dubrovnik, mais le mérite revient surtout à ses lacs « doux-salés », son monde végétal luxuriant et sa vue panoramique unique sur les côtes découpées, les falaises, les grands rochers et les nombreux îlots, ainsi que les collines environnantes toujours vertes grâce à leur végétation. Celles-ci s’élèvent de manière escarpée au-dessus du niveau de la mer, abritant de nombreuses plaines karstiques et des vieilles habitations de pierre.

La côte extérieure, ouverte sur la mer au sud, est escarpée et pleine de cavernes écroulées, tandis que la partie tournée vers les terres et la bora est plus basse et beaucoup plus accessible.

Dans cet espace, on trouve aussi de nombreuses plantes dalmates endémiques, à la tête desquelles se situe une beauté extraordinaire : la « dubrovačka zečina » (Centaurea ragusina) protégée par la loi.

Dans ce paysage karstique méditerranéen typique, découpé par un filet compact de chemins pédestres se sont « dissimulés » deux particularités naturelles exceptionnellement intéressantes. La première, les demeures typiques d’un sous-sol karstique (demi-grottes, grottes et fosses) et la deuxième, les quatre «sources d’eau minéral » ou « de boue » spécifiques de Mljet. Sur nos îles, il est rare de voir apparaître des lacs temporairement asséchés dont le fond se situe au niveau de la mer et où l’eau se précipite, ou plutôt qui communique avec la mer.

Le système des lacs salés est fascinant, phénomène écologique et océanographique unique dans la roche, d’une importance significative, non seulement à l’échelle nationale mais aussi mondiale. Le grand Lac (Veliko jezero), d’une surface de 145 hectares et d’une profondeur de 45 mètres et le Petit Lac (Malo jezero) dont la surface atteint 24 hectares et la profondeur environ 29 mètres, grâce à leurs beautés et leurs nombreux secrets encore cachés attirent depuis déjà des dizaines d’années des naturalistes, mais aussi d’autres curieux et avant tout, des touristes attirés par la nature intacte.

Du côté de la haute mer, un détroit à peine visible s’introduit dans le corps de l’île formant d’abord le Grand lac, puis à travers un canal encore plus étroit, le Petit lac. Même s’ils sont, comme on l’a vu, formés à partir d’eau de mer, dans le paysage, ils ont l’apparence de lacs et les habitants les ont donc nommés ainsi.

Au centre du Grand lac se trouve une autre perle naturelle, culturelle, historique et touristique, l’îlot pittoresque de Sainte Marie (Sveta Marija) avec son ancienne église et son monastère bénédictin qui datent du XIIe siècle. L’ilot représente, grâce à son ambiance exceptionnellement esthétique et à sa forte dimension culturelle et spirituelle, le symbole de l’île et du Parc National de Mljet, et, de nos jours encore, il est connu parmi les gens sous le nom de Melita, qui lui fut donné du nom de l’hôtel et du restaurant qui étaient, jusqu’à récemment, situés dans l’édifice du vieux monastère.

Il y a aussi des attractions intéressantes en dehors du parc national : au centre de la partie sud de la côte de l’île se trouve le phénomène géomorphologique Jama, une cavité karstique dont le plafond s’est écroulé et qui ressemble vraiment à un trou (« jama » signifie trou) ou à un large puits. Au fond de ce trou on peut voir la mer car le Jama est relié à celle-ci par un tunnel naturel. Le long des parois du tunnel sont « garées » plusieurs barques de pêcheurs dont les propriétaires vivent dans les environs de Babino polje, la plus grande agglomération sur l’île de Mljet. A cause de la voûte basse, on ne peut emmener ces barques en mer que par beau temps, ce qui vaut aussi pour les visites touristiques à partir du large.

Le Jama intéresse beaucoup de gens car, on prétend qu’Ulysse de l’Odyssée y a justement séjourné après son naufrage sur les récifs de l’île d’Ogygia (qui serait l’île de Mljet) ; il y a passé sept ans de nostalgie et de mal du pays pendant que Pénélope attendait, regardant vers le large et que la magnifique nymphe Calypso, fille du dieu Poséidon, le regardait amoureusement avec encore plus de tristesse.

L’île de Mljet se distingue aussi de part sa couverture de forêts autochtones, joliment diversifiées, riches de plantes qui croissent spontanément, qui recouvraient aussi, jusqu’à récemment, une grande partie de la côte méditerranéenne mais qu’il est rare, aujourd’hui, de trouver sous leurs formes d’origine. La végétation luxuriante de l’île, en particulier dans sa partie formant le parc national, a valu à Mljet, dès l’Antiquité, le nom d’ « île verte ». Cet état des choses, et le fait qu’aujourd’hui encore, cinq différents types de forêts poussent sur l’île est probablement dû à l’influence des frères bénédictins qui, en tant que seigneurs féodaux de l’île pendant plusieurs siècles, en ont beaucoup pris soin et jusqu’à la fin du XVIIIe siècle ont sévèrement interdit toute construction d’habitations dans sa partie ouest, cette partie même qui représente, aujourd’hui, la plus grande partie du parc national.

Les vestiges des forêts vierges méditerranéennes, forêts d’origine où poussaient les yeuses ou chênes verts, ne sont, cependant, aujourd’hui que fragmentés et les mieux conservés consistent en une file de souches dans la zone de la Grande vallée (Velika dolina). Dans les autres parties de l’île, cette forêt s’est en partie substituée au maquis, aux oliviers sauvages, aux caroubiers, aux pins, aux rocailles ainsi qu’aux vastes forêts de pins d’Alep à la pousse rapide et spontanée qui, avec le temps, ont pris le pas sur les autres espèces de plantes plus sensibles. Pour les biologistes, en plus des forêts, d’autres habitats naturels ont aussi une importance toute particulière : les dunes de sable, les hauts rochers escarpés de la côte ainsi que ceux de l’intérieur des terres, de même que les plantes des récifs côtiers.

Les eaux baignant Mljet, connues aujourd’hui comme une zone océanographique animée, furent autrefois l’habitat préféré du phoque moine méditerranéen. Le célèbre océanographe français, Jacques Cousteau, après avoir plongé il y a une quarantaine d’années dans les eaux entourant l’île, a déclaré que l’eau de cette région était l’une des plus cristallines du monde.

On peut visiter le Parc National de Mljet en empruntant la liaison maritime au départ de Dubrovnik ou l’un des nombreux bateaux touristiques en partance de Korčula, Hvar et Split qui accostent en général dans le port de Pomena. Les villages Polače et Pomena permettent de rejoindre les lacs par des sentiers pédestres. Les baignades, les bains de soleil et les promenades sur les sentiers longeant les lacs contribuent à un séjour agréable, tandis que, par temps clair, du haut du sommet Montokuc, s’étend une vue magnifique sur tout le parc national, et aussi sur Pelješac et la mer jusqu’à Korčula.

Office de tourisme de la région Dubrovnik-Neretva
www.visitdubrovnik.hr

Commune de Mljet
www.mljet.hr

Parc National de Mljet
www.np-mljet.hr
 
 

Cookie policy

In order to provide you the best experience of our site, and to make the site work properly, this site saves on your computer a small amount of information (cookies). By using the site www.croatia.hr, you agree to the use of cookies. By blocking cookies, you can still browse the site, but some of its functionality will not be available to you.

What is a cookie?

A cookie is information stored on your computer by the website you visit. Cookies allow the website to display information that is tailored to your needs. They usually store your settings and preferences for the website, such as preferred language, e-mail address or password. Later, when you re-open the same website, the browser sends back cookies that belong to this site.

Also, they make it possible for us to measure the number of visitors and sources of traffic on our website, and as a result, we are able to improve the performance of our site.

All the information collected by the cookies, is accumulated and stays anonymous. This information allows us to monitor the effectiveness of the websites and is not shared with any other parties.

All this information can be saved only if you enable it - websites cannot get access to the information that you have not given them, and they cannot access other data on your computer.

Disabling cookies

By turning off cookies, you decide whether you want to allow the storage of cookies on your computer. Cookies settings can be controlled and configurated in your web browser. If you disable cookies, you will not be able to use some of the functionality on our website.

More about cookies can be found here:

HTTP cookie
Cookies